Comment habiter le territoire québécois de façon sobre et résiliente dans un contexte de transition écologique?

À l’horizon 2040, le Québec devra affronter les conséquences de la crise environnementale – changements climatiques, perte massive de biodiversité, épuisement des ressources naturelles – avec des modes d’occupation du territoire hérités du passé: la concentration de la majorité de sa population dans une région métropolitaine et une dizaine de villes, tandis que 80% de la province est occupée de façon dispersée. À l’échelle des villes, l’étalement urbain est un processus permanent, qui aggrave le morcellement faunique, l’artificialisation de sols fertiles et la dépendance à l’automobile pour parcourir des distances de plus en plus longues. Comme nous n’avons plus 50 ans devant nous pour revenir à une densité généralisée de l’occupation du sol, comment réinventer des banlieues plus sobres, sans accentuer les inégalités sociales?

Dans les régions rurales, dont le Nord du Québec, la dépendance à l’automobile – voire à l’avion – pour se déplacer, est encore plus forte tandis que les faibles densités et le vieillissement démographique rendent difficile le maintien des services et équipements collectifs nécessaires à l’autonomie des communautés. Dans le même temps, ces territoires vont se confronter plus intensément et rapidement que d’autres aux effets de la crise environnementale, de l’érosion des côtes, à la fonte du pergélisol, à la transformation des ressources halieutiques, ainsi qu’à l’apparition de nouveaux virus et bactéries. Toutefois les régions rurales sont riches de leurs ressources naturelles diverses, d’identités culturelles fortes et d’importants liens de solidarités. Comment mieux capitaliser sur ces forces dans une perspective de transition?

Enfin, les grandes villes sont responsables de la plus grande part des consommations d’énergie et de ressources, mais elles sont aussi des leviers majeurs pour transformer le modèle socio-économique actuel vers la sobriété. Comment réemployer les gisements de matières que recèlent les villes dans de nouvelles chaines de valeur locales? Comment tirer profit de leurs capacités d’innovation pour proposer des modèles de société plus écologiques? Dans le même temps, les pôles urbains concentrent de nombreux risques sociaux et environnementaux qui rendent leurs populations particulièrement vulnérables aux épisodes climatiques extrêmes, comme les inondations, les canicules ou les pandémies. Ainsi, comment organiser les villes de façon plus sobre et plus équitable tout en redonnant de l’espace au vivant?

février 2021
Pas d'événement actuellement programmé.
Afficher plus

Publications

Développer une compréhension globale du défi, cartographier et imaginer les ingrédients du futur

À venir

Christophe Abrassart, professeur agrégé, Faculté de l’aménagement – École de design, Université de Montréal

René Audet, titulaire de la chaire de recherche sur la transition écologique et professeur au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale, Université du Québec à Montréal

Nabila Bachiri, conseillère senior en mobilité durable, Communauté Métropolitaine de Québec

Alexandre Beaudouin, conseiller en biodiversité, Unité de Développement Durable, Université de Montréal

Gérard Beaudet, professeur titulaire d’urbanisme et directeur de l’Institut d’urbanisme, Université de Montréal 

Julien Beaulieu, chercheur sur l’écologie industrielle, Centre de Transfert technologique en Écologie Industrielle

Laurence Bherer, professeure agrégée, Département de science politique, Université de Montréal

Nathalie Bleau, coordinatrice adaptation des milieux de vie, Ouranos

Claire Bolduc, ex-présidente de Solidarité rurale du Québec, préfète de la MRC Abitibi-Témiscamingue

Tasseda Boukherroub, professeure spécialisée sur la planification des chaînes d’approvisionnement durables dans le secteur forestier, École de technologie supérieure

Cécile Bulle, professeure, Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale, Université du Québec à Montréal

Mélanie Busby, chargée de mission, Québec Zen

Camille Butzbach, agente de de recherche, chaire de recherche sur la transition écologique, Université du Québec à Montréal

Anne Cabaret, chargée de développement principal, Atelier Habitation

Milena Cahen-Fourot, urbaniste-conseil, Ordre des Urbanistes du Québec

Guy Chiasson, professeur de science politique et développement régional, Université du Québec en Outaouais

Irène Cloutier, conseillère, Bureau de la transition écologique et de la résilience, Ville de Montréal

Chloé Dodinot, coordinatrice de projets de transition, Solon

Caroline Dufresne, conseillère en transfert, TIESS

Emilie Dupont, coordinatrice de la démarche d’économie circulaire, Société d’aide au développement de la collectivité du Kamouraska (Fab Région)

Yann Fournis, professeur, Département sociétés, territoires et développement, Université du Québec à Rimouski

Mario Gauthier, professeur, Département des sciences sociales, Université du Québec en Outaouais

Philippe Genois-Lefrançois, auxiliaire de recherche, Centre interdisciplinaire de recherche en opérationnalisation du développement durable (CIRODD)

Jean-Sébastien Graham, conseiller en immobilier et fonds, Fondaction

Nicolas Greugny, conseiller en développement économique, Réseau de développement économique et d’employabilité

Stéphane Guimont Marceau, professeure sur les enjeux autochtones, département de géographie, INR-UCS

Steve Joncoux, chercheur-collaborateur, Département Sociétés, Territoire et Développement, Université du Québec en Outaouais

Yan Kestens, professeur titulaire, École de santé publique – Département de médecine sociale et préventive, Université de Montréal

Maude Landreville, agente de planification, programmation et recherche, Direction régionale de santé publique de Montréal

Sylvain Lefebvre, professeur, Département de géographie, Université du Québec à Montréal

Guillaume Lessard, auxiliaire de recherche, INRS

France Levert, présidente du conseil d’administration, Groupe Écosphère

Hélène Madénian, étudiante au doctorat en études urbaines, INRS

Sylvain Paquette, professeur titulaire, Faculté de l’aménagement – École d’urbanisme et d’architecture de paysage, Université de Montréal

Florence Paulhiac, professeure en études urbaines spécialisée en mobilité durable, Université du Québec à Montréal

Daniel Pearl, professeur titulaire, Faculté de l’aménagement – École d’architecture, Université de Montréal       

Catherine Perras, conseillère en aménagement et urbanisme, Vivre en Ville

Mario Polèse, professeur émérite en économie urbaine et spatiale, INRS

Geneviève Puskas, chargée du projet Futurs possibles, Équiterre

Emmanuel Raufflet, professeur titulaire, Département de management, HEC Montréal

Adèle Renon, analyste en développement durable, COESIO

Olivier Riffon, professeur en éco-conseil, Université du Québec à Chicoutimi

Annabelle Rivard Patoine, professeure de sociologie de l’environnement, Université de Montréal

Julie Roy, responsable de l’engagement citoyen, Fondation David Suzuki

Nicolas Saunier, professeur titulaire, Département des génies civil, géologique et des mines, Polytechnique Montréal

Pascal Savard, aménagiste régional, MRC de la Côte-de-Gaspé

Richard Shearmur, professeur et directeur de l’École de Planification Urbaine, Université McGill

Mélissa Stoia, directrice Développement durable et économie circulaire, PME Montréal

Sara Teitelbaum, professeure agrégée, Faculté des arts et des sciences – Département de sociologie, Université de Montréal

Isabelle Thomas, professeure titulaire, Faculté de l’aménagement – École d’urbanisme et d’architecture de paysage, Université de Montréal

Myriam Thériault, coordonnatrice de l’Opération Veille et Soutien stratégiques (OVSS), Communagir

Juan Torres, professeur agrégé, Faculté de l’aménagement – École d’urbanisme et d’architecture de paysage, Université de Montréal

Sophie Van Neste, professeure et responsable du Labo Climat Montréal, INRS



Pauline Wolff, chercheure et écoconseillère, Centre d’Étude sur la Responsabilité Sociale et l’Écocitoyenneté (CÉRSÉ)

À venir

À venir

À venir

À venir

À venir

À venir

Retour haut de page