Choisir la transition

LA PREMIÈRE ÉCOLE D’ÉTÉ SUR LA
TRANSITION SOCIO-ÉCOLOGIQUE AU QUÉBEC

Prendre du recul et penser loin, pour faire de la transition un choix collectif, conscient et éclairé

Accélération des changements climatiques, perte massive de biodiversité, épuisement des ressources naturelles : la question n’est plus de savoir si nous nous dirigeons vers une société profondément différente, mais si cette transition sera entièrement subie, ou au moins partiellement choisie. 

Le rôle de la société civile, des organisations privées et publiques comme celui du milieu académique est appelé à changer, avec un besoin plus prononcé de retrouver collectivement des leviers d’action sur notre futur. L’énergie, l’alimentation, la santé, les modes de production et de consommation, les modèles économiques et culturels : ensemble, nous devons tout repenser.   

Objectifs pédagogiques

  • Assimiler des repères communs sur la crise écologique, expliquer le concept de transition socio-écologique et le comparer à d’autres notions connexes
  • Analyser des nœuds et verrous qui freinent l’action collective, et différencier le rôle de chaque type d’acteurs dans la transition (gouvernements, entreprises, citoyens, médias, etc.)
  • Saisir l’importance d’identifier des effets rebonds possibles et d’évaluer le potentiel de passage à l’échelle des solutions connues
  • Nommer des compétences clés et stratégies d’action à développer pour contribuer à accélérer la transition dans son propre contexte (professionnel, universitaire, communautaire)
  • Comprendre les principaux enjeux, leviers et solutions concrètes propres à divers contextes et à différentes échelles de déploiement (sectorielle, territoriale, organisationnelle, internationale)

À qui s’adresse l’école?

  • Étudiantes et étudiants
  • Professionnelles et professionnels du développement durable dans les entreprises
  • Professionnelles et professionnels des métiers de demain (mobilisation citoyenne, mobilité durable, écoconception, urbanisme durable, systèmes alimentaires, etc.)
  • Employées et employés institutionnels travaillant sur la résilience, la transition, le développement durable, ou l’innovation sociale

Contingentement
L’école accueillera 60 personnes, dont la moitié d’étudiantes et étudiants, et la moitié issue des milieux professionnel, institutionnel, et de la société civile.

Programme

Les cours auront tous lieu le matin, de 9h30 à midi, et seront offerts en ligne.

Intervenantes et intervenants confirmés

Marie-France Bellemare

Directrice générale, Insertech

Marie-France œuvre depuis près de 20ans au développement économique et social des collectivités, et au déploiement de l’économie sociale au Québec, afin de mettre l’économie au service des humains et de leurs aspirations. Titulaire d’un baccalauréat en travail social et d’une maîtrise en gestion du développement des coopératives et des collectivités de l’IRECUS, Université de Sherbrooke, elle a travaillé près de 12 ans en développement local, notamment à titre de coordonnatrice d’une table de concertation en développement social et d’agente de développement économique à la CDEC Centre-Sud/Plateau Mont-Royal.  Après un passage au sein de l’entreprise d’insertion le Boulot vers au poste de directrice générale adjointe, elle s’intègre à l’équipe du TIESS où elle pilote des projets liés au changement d’échelle, à la mesure d’impact social des entreprises d’économie sociale et à l’économie circulaire.  Elle y pilote d’ailleurs le projet Économie sociale et économie circulaire : potentiels de synergie et modèles d’affaires porteurs. Elle est l’auteure principale de deux guides, Changer d’échelle en économie sociale et Quand la franchise devient sociale, manuel de fabrication.

Marie-France prend en février 2021 la direction générale de l’entreprise d’économie sociale Insertech afin de mettre sa mission sociale d’insertion et ses activités de réemploi au service d’une transition sociale et écologique ambitieuse au Québec.

Diane Bérard

Journaliste de solutions indépendante

À venir

Pascal Grenier

Entrepreneur social et cofondateur de l'Esplanade

Entrepreneur social et cofondateur de l’Esplanade, premier accélérateur dédié à l’entrepreneuriat et l’innovation sociale au Québec, Pascal Grenier a déployé au cours des 10 dernières années son leadership au sein d’équipes et d’organisations du milieu de l’innovation sociale. CPA de formation et détenteur d’une maîtrise en administration, il s’intéresse particulièrement aux individus et aux organisations comme vecteurs de transformation sociale. En plus de ses engagements professionnels, il siège également sur de nombreux comités et conseils d’administration dans les milieux communautaires et philanthropiques.

Karel Mayrand

Directeur général, Fondation du Grand Montréal

Karel Mayrand est le président-directeur général de la Fondation du Grand Montréal depuis l’été 2020. Auparavant, il a été pendant douze ans directeur général pour le Québec et l’Atlantique de la Fondation David Suzuki, et président de Réalité climatique Canada, organisme fondé par Al Gore. Il est aussi vice-président du conseil d’administration du Parc Jean-Drapeau. Il est co-auteur de Demain, Le Québec (2018), Ne renonçons à rien (2017) et du Manifeste pour un Élan Global (2015), et auteur d’Une voix pour la Terre (2012).

Avant de se joindre à la Fondation David Suzuki en 2008, M. Mayrand a conseillé plusieurs agences internationales, de même que l’ancien premier ministre Pierre Marc Johnson, pendant plus d’une décennie sur les enjeux de mondialisation et d’environnement. En 2006, il a publié Governing Global Desertification et a été co-fondateur, en 2002, du Centre international Unisféra, où il a créé en 2005 le programme de compensation des gaz à effet de serre Planétair. Il a été boursier Action Canada en 2005, ainsi que finaliste du concours Arista en 2008 à titre d’entrepreneur socialement responsable de l’année au Québec. 

Anne Marie Aubert

Coordinatrice du Conseil SAM

Anne Marie Aubert est une spécialiste du développement des organisations et des politiques publiques. Elle cumule plus de 12 ans d’expériences en politique fédérale et en mobilisation des citoyens.

Dans son rôle de coordination au sein de Montréal – Métropole en santé, Anne Marie dirige le développement du Conseil SAM, conseil des politiques alimentaires de l’agglomération de Montréal, et offre aux partenaires un accompagnement dans l’élaboration et la réalisation de leurs initiatives.

Madame Aubert propose aux organisations composant le système alimentaire montréalais des lieux d’échanges, de partage et de collaboration avec pour objectif l’établissement de stratégies communes d’interventions.

Nicolas Greugny

Conseiller en développement économique au RDÉE

Nicolas Greugny est diplômé d’une maîtrise en gestion des risques industriels (Type ISO). Il a commencé par travailler une dizaine d’années dans le secteur industriel en développement durable, santé-sécurité et assurance qualité. Puis à partir de 2016 au CREDDO, il a déployé un projet régional visant l’intégration de l’économie circulaire dans les pratiques des entreprises de l’Outaouais. Avec son équipe, ils ont produit un recueil de pratiques en économie circulaire. En 2020, il rejoint l’équipe du RDEE Canada en tant que conseiller en développement économique, pour accompagner les communautés francophones hors Québec. Il travaille à déployer de meilleures pratiques en jeunesse économique (employabilité et entrepreneuriat) et développement durable. Il est aussi impliqué sur des conseils d’administration en tant que président du CJEO et trésorier du CREDDO.

Alexandre Monnin

Directeur du MSc Stratégie et Design pour l’Anthropocène, ESC Clermont BS Directeur scientifique d'Origens Media Lab

Alexandre Monnin est directeur scientifique d’Origens Media Lab, cofondateur de l’initiative Closing Worlds et enseignant-chercheur en école de management (ESC Clermont BS). Depuis la rentrée 2020, il dirige le Master of Science “Strategy & Design for the Anthropocene”, porté conjointement avec Strate Ecole de Design à Lyon. Il est également membre du conseil d’administration de la 27e Région et de CY Ecole de Design. En 2013, il a été nommé membre du réseau d’experts de la mission Etalab sous la responsabilité du premier ministre.
Avant cela, il a notamment été chercheur chez Inria (2014-2017), junior à fellow l’IKKM (Université du Bauhaus, 2013), consultant pour l’UNESCO (2013-2014) et responsable recherche Web à l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Pompidou (2010-2013). Il a également été l’architecte de la plateforme de documentation de la Fondation des Galeries Lafayette pour l’art contemporain (Lafayette Anticipations) entre 2014 et 2017, un projet sur lequel il continue à travailler avec la coopérative Mnémotix. Il fut également l’un des initiateurs du projet DBpedia francophone en 2011.
Docteur en philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sa thèse a porté sur la philosophie et l’architecture du Web.

Avec Diego Landivar et Emmanuel Bonnet, il s’apprête à faire paraître au printemps aux éditions Divergences, intitulé Héritage et Fermeture – une écologie du démantèlement.

Olivier Riffon

Professeur associé au département des sciences fondamentales, UQAC, et impliqué dans Le Grand dialogue régional pour la transition socio-écologique

Olivier Riffon, est Ph. D. en développement régional et professeur en Éco-conseil au département des sciences fondamentales de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Il dispose d’une expérience en recherche menée avec une approche transdisciplinaire. Il a œuvré dans divers projets visant le développement, l’expérimentation et la recherche sur des outils de mise en œuvre du développement durable (DD), outils qui mobilisent des acteurs de différentes disciplines, secteurs et milieux. Il est spécialiste des outils et des démarches de mise en œuvre du développement durable, de la transition sociale et écologique, de l’éducation relative au développement durable, de la gouvernance territoriale et de l’intégration des méthodes participatives et collaboratives aux processus de transition sociale et écologique.

Sa recherche actuelle porte sur les collaborations transdisciplinaires, notamment au sein de regroupements tel le Centre interdisciplinaire de recherche sur l’opérationnalisation du développement durable (CIRODD), où il est coresponsable d’un axe de recherche sur l’évaluation, la conception et l’intégration du DD. Il est aussi membre du Centre de recherche en développement territorial (CRDT), et membre associé du Centre intersectoriel de recherche en santé durable de l’UQAC.

Normand Mousseau

Directeur scientifique de de l'Institut de l’énergie Trottier à Polytechnique Montréal

Normand Mousseau est professeur de physique à l’Université de Montréal et directeur scientifique de l’Institut de l’énergie Trottier à Polytechnique Montréal. Spécialiste des matériaux complexes, de l’énergie et des ressources naturelles, il est très impliqué en politique énergétique et climatique. Il a coprésidé en 2013 la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec et a publié plusieurs livres grand public sur le sujet. Il est co-auteur des “Perspectives énergétiques canadienne” et est un des membres fondateurs de l’Accélérateur de transition qui réunit des chercheurs, des experts de l’industrie et des dirigeants de la société civile pour imaginer, planifier et orienter des trajectoires de transformation.

Anne-Sophie Gousse-Lessard

Professeure associée à l'Institut des science de l'environnement et chercheuse en psychologie sociale et environnementale

Anne-Sophie Gousse-Lessard est professeure associée à l’Institut des sciences de l’environnement (ISE) de l’UQAM et chercheuse en psychologie sociale et environnementale. Elle s’intéresse notamment à la motivation humaine en matière d’environnement et d’écocitoyenneté, ainsi qu’aux impacts psychosociaux des changements climatiques dans une perspective de transition, de résilience et d’épanouissement individuelle et collective. En plus de ses recherches sur l’écoanxiété et l’engagement citoyen, elle mène des travaux sur les enjeux de mobilité durable et la dépendance à l’automobile privée au sein du Chantier auto-solo. Elle est aussi chercheuse associée au Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté (Centr’ERE) ainsi qu’à la Chaire de recherche UQAM sur la transition écologique. Dans ses temps libres, elle écrit des billets de vulgarisation scientifique pour le média Unpointcinq.  (Pour en savoir plus : http://bit.ly/3xoX2tUePsyEnv

Manon Jeannotte

Responsable du développement des stratégies d'affaires à Kanesatake

Manon Jeannotte est détentrice du EMBA McGill-HEC et d’une certification universitaire en gouvernance de sociétés (ASC) de l’Université Laval. Tout en exerçant les fonctions de conseillère ou de Cheffe au sein de la Nation Micmac de Gespeg pendant près de quinze ans, elle a réfléchi à quel serait le succès des Premières Nations au Canada et a innové en réinventant le modèle d’affaires des Gouvernements des Premières Nations.

Manon est à la direction du département de développement économique et des affaires de Kanesatake depuis février 2019. Ce mandat lui a permis de mettre en œuvre au cours de la saison estivale 2020, avec son équipe, le projet du Jardin de l’Espoir. Ce projet de développement économique communautaire s’est transformé en projet de développent social dû à la pandémie mais il s’inscrit dans une initiative plus grande d’une volonté de mettre sur pied une coopérative éco-agricole collaborative. En effet, dans une perspective Première Nation, le développement durable est une priorité car les actions sont réfléchies en termes des sept prochaines générations. La mise sur pied de projets d’économie sociale ou communautaire ayant pour but une autonomie locale et durable est donc un vecteur économique prioritaire.

Crédit photo: HEC Montréal

Sébastien Rioux

Professeur adjoint au département de géographie, UdeM

Sébastien Rioux est professeur adjoint au Département de géographie de l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie politique de l’alimentation et du bien-être. Il s’intéresse aux enjeux du travail et de l’alimentation dans un contexte de mondialisation économique. Il est l’auteur de The Social Cost of Cheap Food: Labour and the Political Economy of Food Distribution in Britain, 1830-1914 (MQUP, 2019), Dans le rouge: l’endettement des ménages québécois (M Éditeur, 2019) et, avec Marcus Taylor, de Global Labour Studies (Polity, 2017).

Stéphanie Leclerc

Doctorante et chargée de cours, Trottier Institute for Sustainability in Engineering and Design, Université McGill

Stéphanie Leclerc est détentrice d’une maîtrise en science politique (Université McGill), d’un DESS en Gestion et développement durable (HEC Montréal), et achève son doctorat portant sur l’écologie industrielle et la gestion des déchets électroniques (Université McGill). Elle enseigne l’écologie industrielle et les systèmes, à la Faculté d’ingénierie de l’Université McGill. Elle cumule plus de dix ans d’expérience à titre d’experte-conseil en lien avec la responsabilité sociale et environnementale pour des entreprises ou des organisations nationales et internationales. Stéphanie a été chargée de projet pour le «?Solving the E-Waste Problem Initiative?» de l’Université des Nations Unies. Elle est actuellement la gestionnaire de programmes en approvisionnement responsable au service des Finances de l’Université McGill. Elle entame son deuxième mandat en tant que membre du Comité aviseur de l’écolabel EPEAT du Green Electronics Council, organisme international voué à la réduction des impacts environnementaux des appareils électroniques. Elle est aussi membre du Comité technique ISO 323 sur l’économie circulaire.

Chloé Dodinot

Coordonnatrice de projets de transition chez Solon (Rosemont-La-Petite-Patrie)

Diplômée en sciences politiques, Chloé s’est rapidement passionnée pour le développement durable et la responsabilité sociale des entreprises. Passion qu’elle a pu mettre en œuvre  à travers son expérience en tant que directrice de l’Écoquartier Rosemont – La Petite Patrie entre 2012 et 2017. C’est d’ailleurs durant ces années que les ruelles vertes ont pris une expansion vertigineuse ! Habitant elle-même une ruelle verte, elle a pu voir tout le potentiel de la réappropriation de l’espace public par des citoyens.

Avant d’arriver à Solon, Chloé a également dirigé le Réseau québécois de Villes et Villages en santé, OBNL qui accompagne et outille les municipalités québécoises en promotion de la santé publique et en qualité de vie des citoyens. C’est d’ailleurs cet OBNL qui est derrière la Fête des voisins (le vivre ensemble n’est jamais loin) !

Mathilde Manon

Agente de recherche pour la Chaire de recherche sur la transition écologique UQÀM

Mathilde Manon est candidate au doctorat en Études urbaines, membres du CRISES et de la Chaire de recherche UQÀM sur la transition écologique. Auparavant chargée de projet et de mobilisation dans le secteur communautaire, ses travaux portent sur la participation des citoyens et citoyennes à la transformation de leur milieu de vie, dans une perspective de justice sociale et environnementale. Elle collabore également avec l’Incubateur Universitaire Parole d’excluEs depuis 2018, pour documenter et analyser le processus de co-construction d’un projet d’urbanisme participatif à Montréal-Nord.

Marie-Hélène Pâquet

Coordonnatrice du Réseau des fermièr.e.s de famille pour la Coopérative pour l'Agriculture de Proximité Écologique (CAPÉ)

Nutritionniste de formation et détentrice d’une certification universitaire en nutrition en santé publique, Marie-Hélène évolue au sein des systèmes alimentaires locaux, de l’accès physique et économique aux aliments et des circuits courts depuis plusieurs années. Coordonnatrice de projets depuis plus de 15 ans, ses sujets de prédilection sont les changements qui s’opèrent au niveau des habitudes de consommation en lien avec les enjeux socio-économiques, environnementaux et éthiques de l’alimentation. Son approche privilégie la mobilisation citoyenne dans une vision de l’agriculture et de l’alimentation comme des outils de changement social pour répondre aux besoins et au développement des communautés locales.

Suite à son expérience comme agente de mobilisation citoyenne en sécurité alimentaire pour le Regroupement des tables de concertation de la Petite-Patrie (RTCPP), elle a oeuvré chez Parole d’excluEs comme coordonnatrice du système alimentaire local de Montréal-Nord, le Système Alimentaire Pour Tous (SAPT). Depuis 2019, elle coordonne le Réseau des fermiers.ères de famille maintenant au sein de la Coopérative pour l’agriculture écologique de Proximité (CAPÉ).

Retour haut de page